En avant la musique !

17 novembre 2020 - Lancée en 2014, l’idée d’une Cité de la musique à Genève a pris forme en 2017, lorsque le lauréat a été désigné à l’issue d’un concours d’architecture. L’édifice - qui animera le quartier des Nations à l’horizon 2025 - est conçu tout en transparence et en ouvertures. Gros plan.

En avant la musique !

Lancée en 2014, l’idée d’une Cité de la musique à Genève a pris forme en 2017, lorsque le lauréat a été désigné à l’issue d’un concours d’architecture. Il s’agit du consortium « Résonances », piloté par Pierre-Alain Dupraz (Genève), en partenariat avec Gonçalo Byrne (Lisbonne). L’édifice - qui animera le quartier des Nations à l’horizon 2025 - est conçu tout en transparence et en ouvertures. Il s’implantera le long d’un parc d’un hectare. Une exposition itinérante visible dans différents quartiers de Genève illustre jusqu’en mai 2021 le projet; elle est ponctuée de concerts gratuits.

Le Victoria Hall, salle historique dédiée à la musique symphonique, ne répond plus aux besoins des orchestres d’aujourd’hui, en termes d’infrastructures, d’acoustique et de confort. En outre, il présente d’importantes lacunes liées à l’accueil du public, des artistes et des producteurs. Une rénovation en profondeur de cette salle se heurte toutefois à des impossibilités résultant de sa conception, de l’emplacement du bâtiment et de sa protection (monument classé).

En parallèle, la Haute école de musique de Genève (HEM) souffre d’un grave problème de locaux: son enseignement est aujourd’hui dispersé sur neuf sites et nombre d’entre eux ne sont plus adaptés à l’apprentissage de la musique. Dès lors, pourquoi ne pas satisfaire à ces deux nécessités en créant une véritable Cité de la musique? C’est ainsi qu’est né un concept visant à réunir en un même lieu une salle de concert, les musiciens professionnels de l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) et les étudiants de la Haute école de musique. Une mixité d’usages propice à la créativité et aux échanges!

Pôle culturel emblématique

La Cité de la musique se situera au lieu-dit « Les Feuillantines », qui jouxte la Place des Nations, sur des parcelles appartenant à l’Organisation des Nations Unies et à l’Etat de Genève. Ce site bénéficie d’une bonne desserte en transports publics, du parking public des Nations (sous-exploité en soirée et les jours fériés) et de la proximité des Organisations internationales.

En outre, il est prévu que les infrastructures routières du secteur soient améliorées. Enfin, le quartier des Nations est en pleine évolution et accueille des établissements pédagogiques tels que le nouveau collège Sismondi ou l’Institut de Hautes études internationales et du développement (IHEID).

Dix-huit bureaux suisses et étrangers ont été invités à participer anonymement au concours d’architecture. « L’objectif du concours était que, grâce à l’imagination, au génie des concurrents, nous puissions offrir à Genève un geste architectural majeur, à très haute valeur symbolique et qui sera véritablement emblématique de notre ville et de notre canton », indique dans le rapport du jury du concours Bruno Mégevand, président de la Fondation pour la Cité de la musique de Genève. Le projet « Résonances », fruit d’un partenariat entre les bureaux de Pierre-Alain Dupraz à Genève et de Gonçalo Byrne à Lisbonne, avec la contribution de l’acousticien Nagata Acoustics à Tokyo et du scénographe The Space Factory à Lyon, a été choisi à l’unanimité. Le groupement lauréat explique: « Vue du ciel, la forme à la fois compacte et longue de la Cité de la musique, découpée en diagonale, s’établit perpendiculairement au lac, en regardant à distance le Mont-Blanc et le Jura ».

L’ambitieux programme comprend trois salles publiques modulables de 142 à 1580 places et 150 salles de cours et de répétition pour les étudiants. S’ajouteront des espaces de restauration ouverts au public, une bibliothèque-médiathèque et un lieu d’exposition. Au total, ce sont 650 concerts/activités qui s’offriront chaque année à 450 000 spectateurs. La Cité sera ouverte tous les jours. « Contrairement à un équipement dont la finalité réside dans le fait d’accueillir une représentation, la Cité de la musique se veut un lieu multifonctionnel, continuant à vivre hors du temps du spectacle » (rapport du jury).

Au cœur de la Genève internationale

Imaginé en concertation avec les habitants du quartier, un parc public d’un hectare, largement arborisé, avec amphithéâtre, podium et jeux musicaux, sera aménagé. La promenade de la Paix, reliant le lac au Grand-Saconnex, traversera le parc. Dans un périmètre élargi comprenant la route de Ferney et les parcs de l’Ariana et de Rigot, un minimum de 260 nouveaux arbres seront plantés, en compensation des 130 qui ne pourront être conservés sur le site. Par ailleurs, l’alignement de chênes centenaires sera préservé. Quant à la Villa des Feuillantines, elle ne sera pas conservée, son intérêt patrimonial étant jugé insuffisant selon les experts. Devisée à 300 millions de francs, la réalisation de la Cité de la musique et du parc adjacent sera financée à 90% par des fonds privés (mécène principal, fondations, entreprises, etc.). Le reste de l’investissement sera couvert par la Confédération, notamment pour les locaux de la HEM. Quant aux frais de fonctionnement (13 millions par an), ils seront couverts à 50% par les activités de la Cité, à savoir les contributions des résidants, la billetterie et les locations. Afin de compléter le budget d’exploitation, une demande de subvention sera adressée, notamment auprès du Canton de Genève.

Un pas décisif

Il y a quelques semaines, le Conseil municipal de la Ville de Genève a délivré un préavis favorable au Plan localisé de quartier (PLQ) des Feuillantines. La Fondation de la Cité de la musique de Genève salue ce vote: c’est l’accomplissement de plus de six ans de travail, d’échange et de concertation avec les pouvoirs publics, les partis politiques, ainsi que les associations culturelles, les habitants du quartier des Nations et les futurs voisins du projet.

Pour prendre connaissance du projet en gestation, rien de tel que de se rendre sur l’un des lieux de l’exposition itinérante. Cette dernière se tiendra à la rue du Mont-Blanc (jusqu’au 15 novembre), avant de se déplacer à la Maison de quartier de Saint-Jean (du 16 au 29 novembre). Les panneaux richement illustrés présentent les atouts de l’équipement culturel, accompagnés de concerts donnés par les étudiants de la HEM et les musiciens de l’OSR.

Mais il faudra patienter encore quelques années pour que la Cité consacrée au quatrième art vibre de toutes ses tonalités!

par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de novembre 2020